Gérer les processus de faillite et de réorganisation avec une dataroom virtuelle

08. Avril 2020 | Drooms Global


La crise financière de 2008, provoquée par l'effondrement des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis et le resserrement du crédit qui a suivi, a généré un nombre record de faillites commerciales, de faillites de banques et de maisons de courtage. Aux États-Unis, 136 sociétés publiques se sont placées sous la protection de la loi sur les faillites et 64 318 entreprises ont déposé le bilan d'après les Insights publiés par le cabinet d'avocats Jones Day en 2019. Les sociétés de capital-investissement n'ont pas fait beaucoup mieux, avec 49 faillites après rachat par endettement signalées par peHUB en 2009. Les secteurs les plus touchés incluent la vente au détail, les secteurs de l'aviation et de l'automobile, les médias, les vendeurs de produits de consommation et des restaurants.

Les entreprises publiques qui ont déposé leur bilan en 2008 représentaient une valeur totale de 25 milliards de dollars, dont les deux plus grandes de l'histoire des États-Unis à ce jour : Washington Mutual Inc. et Lehman Brothers Holdings Inc.

En dépit des récentes mesures d'urgence (telles que la suspension de la loi sur les pratiques commerciales déloyales par le gouvernement britannique et la décision de l'Allemagne de suspendre l'obligation de déposer le bilan jusqu'au 30 septembre de cette année) très appréciées par les entreprises victimes de difficultés entièrement évitables, le COVID-19 est maintenant le dernier facteur de stress menaçant la survie des entreprises et l'économie en général.

Les secteurs de l'aviation, du commerce de détail et de la restauration sont particulièrement touchés par la réduction forcée de la demande. Alors qu'un nombre croissant d'entreprises sont confrontées à des difficultés financières, les récentes mesures de protection contre les risques d'insolvabilité ne pourront guère éviter leur dépôt de bilan.

La gestion et l'exécution des processus d'insolvabilité et de restructuration peuvent être particulièrement complexes. Les nombreuses procédures et les délais resserrés peuvent être difficiles à respecter, en particulier lorsqu'il s'agit de gérer des centaines de milliers de documents qui doivent être divulgués de manière contrôlée à un large éventail d'entités et de personnes, telles que créanciers, administrateurs, avocats, comités, banques et les conseillers. Déjà utilisées pour les processus commerciaux confidentiels, comme les fusions, les acquisitions ou les transactions immobilières commerciales, les datarooms virtuelles (VDR) sont de plus en plus demandées comme ressource de gestion et de partage des informations sensibles et pour rationaliser les flux de travail.

Les processus de due diligence

 

Les processus de due diligence jouent un rôle essentiel, pourtant sous-estimé, dans les procédures de restructuration et d'insolvabilité. Une dataroom peut avoir un impact important sur la rapidité et l'efficacité des transactions, notamment en ce qui concerne la collecte et l'analyse des données.

Une plateforme hautement fonctionnelle et sécurisée supportant un accès à la documentation constant et structuré est particulièrement utile au début d'un processus de réorganisation d'entreprise afin de recueillir des informations critiques et d'élaborer un programme de restructuration approprié. Une dataroom virtuelle peut ensuite assurer la cession de certaines unités, conformément à la stratégie de l'entreprise concernée.

De même, en matière d'insolvabilité, les administrateurs ou liquidateurs tenus de céder des actifs au prix le plus élevé possible peuvent réduire les échéances et limiter l'impact des facteurs commerciaux susceptibles de perturber une transaction.

Faciliter et accélérer les processus

 

Une dataroom virtuelle apporte :

  1. Accès flexible à la documentation 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 : vous pouvez identifier les parties concernées qui doivent être divulguées dans une documentation spécifique et leur permettre d'accéder aux données 24 heures sur 24, indépendamment de leur territoire d'activité.

 

  1. Indexation correcte des données : les informations peuvent être structurées immédiatement, pour faciliter une vision globale, supporter des recherches documentaires, et identifier des lacunes éventuelles dans les dossiers.

 

  1. Allocation automatique des documents : selon le fournisseur et son utilisation de l'apprentissage automatique et de l'IA, de vastes volumes de documents entrants sélectionnés et téléchargés par l'utilisateur peuvent être automatiquement analysés et triés au point d'indexation requis avec une précision croissante.

 

  1. Facilité de recherche : vous pouvez présélectionner la documentation, évaluer les risques et les opportunités d'une transaction grâce à des outils de recherche et de filtrage avancés spécifiques à certains fournisseurs tels que Drooms dont la fonction Findings Manager reconnaît les mots, les synonymes et les modèles sémantiques en fonction du contexte.

 

  1. Amélioration des rapports : les fonctions d'analyse et de rapport permettent de mieux appréhender le projet et fournissent un aperçu indispensable sur les accès, indiquant les contenus utilisés par qui et quand.

 

  1. Un système centralisé de questions-réponses : gérer et répondre rapidement à de multiples demandes de renseignements constitue un facteur de réussite important pour tout projet. Une fonction questions-réponses intégrée et entièrement autonome augmente l'efficacité et permet de tenir informées les parties prenantes concernées.

 

  1. Une installation et une assistance rapides : outre la généreuse phase de préparation gratuite que de nombreux fournisseurs offrent, avec un accès immédiat et continu aux documents dès qu'elle est terminée, une gestion de projet dédiée à plein temps est souvent disponible 24 heures sur 24 dans plusieurs langues. Les services tendent à inclure, sans s'y limiter, la collecte, la numérisation et l'indexation des documents.
Limiter les risques et réduire les coûts

 

Un accès amélioré et plus rapide aux données ne devrait jamais se faire au détriment de la sécurité. De fait, les datarooms virtuelles garantissentl'intégrité des données tout en limitant les fuites d'informations.

La consultation et l'accès aux documents, par exemple, peuvent être contrôlés et limités, ce qui est particulièrement utile lorsque l'on souhaite inviter plusieurs tiers ou acheteurs à la table des négociations sans pour autant vouloir partager l'identité de toutes les parties. Même après le téléchargement, un filigrane dynamique et personnalisé à la seconde près autorise un contrôle supplémentaire. Des contrôles d'autorisation avancés sont également disponibles et comprennent une fonction de modification autorisant uniquement des ajouts, ou des modifications avec approbation pour la gestion du contenu.

De nombreux fournisseurs de dataroom virtuelle appliquent un ensemble de normes de sécurité, et certains peuvent prouver qu'ils se conforment pleinement à une réglementation stricte en matière de protection des données, telle que la RGPD. Pour réduire encore plus les risques d'erreur de traitement, de modification ou de pertes de données, il est judicieux de choisir un fournisseur de datarooms virtuelles équipés de serveurs propriétaires certifiés ISO basés en Europe. Une telle approche permet non seulement de réduire le risque de violation des données, mais aussi des risques de non-conformité juridique.